Musée des Ursulines à Mâcon

Musée des Ursulines à Mâcon

Cet ancien couvent des Ursulines du XVIIe siècle abrite depuis 1968 le musée municipal. Le Musée des Ursulines à Mâcon comprend trois départements principaux : archéologie, ethnologie (avec l’espace aviron) et beaux-arts.

Le musée a obtenu le label "Tourisme et Handicap" pour les déficiences motrice, auditive et mentale.

L'installation d'un ascenseur permet de visiter les étages et divers équipements facilitent la découverte du musée par les personnes en situation de handicap.

Archéologie

Vous débuterez votre visite par le rez-de-chaussée. Les salles sont dévolues à l'archéologie régionale et présentent l'histoire et l'urbanisme de la ville de Mâcon. Vous pourrez ensuite découvrir tous les temps forts de la préhistoire en Mâconnais et l'importance du site de Solutré.Le musée présente de nombreux objets rares comme des armements, une collection de monnaies et de céramiques, un four de potier gaulois, des fragments d'architecture et des sculptures, chapiteaux, statues, bas-reliefs. L'ensemble met en avant la richesse des monuments médiévaux romans ou gothiques. L'occasion de s'immerger pleinement au temps de cette période fascinante.

Ehnographie

Après avoir monté l'escalier, faites halte au premier étage pour apprécier le département d'ethnographie. Ce dernier nous donne à découvrir certaines époques de la vie des habitants de la Cité Lamartine et illustre les spécificités locales.Ne manquez pas notamment la présentation de poteries du Val de Saône, qui démontre la richesse, depuis le 18ème siècle, de la création des céramistes locaux. Sont exposées aussi des toiles de paysagistes régionaux, tels Laronze et Hugrel, des meubles et un intérieur de logis mâconnais reconstitué. La vie autour de la Saône est évoquée avec des pièces relatives à la batellerie, la pêche, les aménagements du cours d'eau. L'occasion de souligner les liens ténus entre la ville et la Saône.

Beaux-Arts

Les amateurs de peinture ont rendez-vous au second étage, consacré aux beaux-arts. L'espace retrace chronologiquement l'histoire de la peinture et de la sculpture depuis la peinture française et flamande du 16ème siècle. La peinture hollandaise du 17ème siècle est représentée notamment par des scènes de genre et des paysages, thèmes chers aux écoles du Nord avec Codde, Horemans.

Deux ensembles intéressants ponctuent la salle suivante, un groupe de peintres ayant fait le voyage d'Italie avec en contrepoint un beau portrait attribué à Titien et des œuvres d'artistes du courant néo-classique travaillant sous l'Empire, tels Vestier, Gagneraux et Desoria.

Sont regroupés ensuite plusieurs tableaux donnant un éclairage sur l'école du paysage à la fin du 19ème avec notamment Appian, Monet, Corot ou Ziem et le mouvement symboliste avec Henri Fantin-Latour, Pierre Puvis de Chavannes, Gaston Bussière ainsi qu'un artiste post-impressionniste ou pointilliste né à Mâcon, Hippolyte Petitjean.

Le deuxième étage met également en avant la révolution picturale du début du 20ème siècle et de l'art post-cubiste,  des peintures d'artistes du courant abstrait-géométrique. Aux pionniers de ce mouvement radical opposé à l'abstraction lyrique  succèdent les artistes de l'association Repères (art concret) tels Aurélie Nemour.

Visite virtuelle

Une tablette, au format 10 pouces, permet de faire une visite virtuelle de certaines salles du rez-de-chaussée du musée des Ursulines, qui sont difficilement accessibles pour les personnes handicapées à cause de niveaux différents, hérités du passé de cette bâtisse historique. La préhistoire, la protohistoire, l’époque gallo-romaine, la nécropole des Cordiers et la salle du sculpteur Pierre Székely (1923-2001) sont désormais visitables grâce à cette tablette où les œuvres marquantes sont répertoriées ; un clic permet de voir apparaître un commentaire plus important que celui affiché dans le musée, ce qui rend le procédé intéressant pour tout visiteur souhaitant aller plus loin dans la découverte.  Cette nouveauté vient renforcer la démarche d’accessibilité du musée des Ursulines qui lui vaut d’avoir obtenu le label « Tourisme et Handicap » en 2011.

5, rue des Ursulines
71000 Mâcon